mercredi 31 mars 2010

Marketing Mobile : Le QR Code s’impose comme un standard international…même en France


Le QR Code est aujourd’hui utilisé et reconnu comme le standard des codes barres 2D au niveau international. En effet, après Google et son service « Favorite Places », c’est Facebook qui intègre cette nouvelle fonction depuis peu sur les profils de ses utilisateurs. Depuis longtemps utilisé en Asie, ce format est donc considéré par ces deux entreprises comme le format unique et standardisé de code barre. Récemment déployés en Tunisie, en forte progression aux Etats-Unis, ils sont déjà largement utilisés en Europe dans le cadre de campagne de communication.

L’explosion des ventes de Smartphones dans le monde, l’essor confirmé du M-Marketing, les atouts de cette technologie (connexion rapide, simplicité d’utilisation et apportant une information en temps réel aux clients) sont autant de facteurs de succès pour cette technologie travers le monde. Elle offre aux annonceurs, publicitaires et marques une opportunité technologie afin de générer du trafic sur leur site internet mobile en créant un lien entre le monde physique et le monde interactif. Implémentable sur tous supports pouvant recevoir une image, les possibilités marketing sont virtuellement sans fin.


Les raisons de l’essor du QR Code comme standard, plutôt qu’un autre format, tient au fait que, outre son antériorité, ce format est ouvert et indépendant des opérateurs télécoms. On notera d’ailleurs que le créateur du QR Code (Denso Wave) a dernièrement communiqué sur le fait qu’il n’exercerait aucun droit sur son brevet. Cette annonce a eu pour effet une percée très rapide de ce standard au niveau international. D’une forme visuelle plus attractive que le Datamatrix, doté d’une forte capacité de stockage d’information, supportant les caractères internationaux (kanji), plus sécurisé et moins fragile que d’autre format, le QR Code est devenu dans le monde un standard dans le domaine du marketing et de la communication mobile.


En France, un léger retard a été pris, quand à l’essor du code barres, du fait des opérateurs télécoms qui ont décidé de créer un format propriétaire en encodant une suite de chiffre dans le code 2D plutôt qu’une Url. Obligeant à pointer vers des serveurs spécifiques, cette approche propriétaire a freiné l’arrivée de cette technologie. Mais plusieurs acteurs majeurs du marketing mobile et nombres d’annonceurs ont depuis quelques mois pris conscience de l’essor international, à l’instar des grandes marques internationales (Mc Donalds, Pepsi, Audi, etc.), du QR Code comme standard dans le domaine du marketing. Sur les derniers mois plusieurs campagnes de communication ont intégré un QR Code dont La Pinacothèque de Paris, Centre des Monuments Nationaux, Parc et Exposition de Bordeaux, Wall Street Institute, Cinéaqua, Château de Versailles, etc.


***

A propos de Nexence : Nexence, éditeur et architecte de solutions innovantes en marketing mobile (TAGMANAGER™, TACTIBOX™ et BTMANAGER™) accompagne les entreprises dans leur stratégie mobile. L’entreprise propose le développement complet de sites mobiles multi-formats et d'applications iPhone & Android. Pour en savoir plus, visitez le site Web : www.nexence.com

Contacts Presse :


Nexence - Vincent HERMAN - T +33 (0)1 75 43 90 10 – P +33 (0)6 85 84 39 34 – Email : vincent.herman@nexence.com

Action Unique - Aurélie ANNOOT - T+33 (0)4 92 388 055 – Email : aa@actionunique.com

lundi 29 mars 2010

Les 10 technologies mobiles clés selon le Gartner

C’est un tournant historique pour les réseaux mobiles. Le trafic données a désormais dépassé celui de la voix en décembre 2009. Ce constat provient des mesures qu’Ericsson a réalisées sur des réseaux en activité couvrant toutes les régions du monde. L’annonce a été faite par Hans Vestberg, Pdg d’Ericsson, au cours de la conférence CTIA Wireless 2010 qui se tient actuellement à Las Vegas.
Le croisement entre les courbes de trafic de la voix et des données s’est établi autour du seuil des 140 000 To par mois. Le trafic des données est indubitablement dynamisé par l’usage croissant des smartphones et des ordinateurs en connexion mobile par les abonnés. Au cours de cette même période, Ericsson a également relevé que le volume du trafic des réseaux 3G a dépassé celui des réseaux 2G.
Les 400 millions d’abonnements mobiles haut débit génèrent à eux seuls plus de trafic données que de trafic voix sur un total de 4,6 milliards d’abonnements mobiles dans le monde.
C’est dans ce contexte que le Gartner a identifié 10 technologies mobiles qui vont évoluer significativement d’ici 2011, avoir un impact important sur les stratégies mobiles des entreprises et toucher un nombre important d’utilisateurs.
1.      Bluetooth 3 et 4
Deux versions de Bluetooth vont émerger en 2011 : Bluetooth 3 fera évoluer 802.11 vers des transmissions plus rapides alors que Bluetooth 4 (Bluetooth LE pour Low Energy) mettra l’accent sur une faible consommation en énergie. Ces deux versions incluent également d’autres améliorations techniques permettant d’augmenter la durée de vie des batteries et la sécurité.  Bluetooth 3 devrait permettre de mettre en œuvre des applications nécessitant de débits élevés (par exemple, télécharger des images et des vidéos). Bluetooth LE ouvrira de nouvelles perspectives pour des applications à base de capteurs dans des activités telles que le fitness, la santé ou le contrôle de l’environnement et sera utilisé par des périphériques ou des terminaux avec la mise en œuvre de fonction telle que l’interruption lorsque l’utilisateur s’éloigne.

2.     
Le Web Mobile
En 2011, 85 % des terminaux incluront une sorte de navigateur. Dans les marchés matures environ 60 % des terminaux commercialisés seront des smartphones possédant des capacités de navigations sophistiquées et une capacité à visualiser correctement les sites Web conventionnels. L’intégration d’écrans de taille plus importante et offrant une haute définition encouragera les internautes à accéder à des sites Web via leur mobile et autorisera le développement d’applications B2C utilisant les outils de Web traditionnels sans modification. Le Web mobile complété des outils de navigation adéquats conduira au développement de nouvelles applications mobiles et à leur large diffusion dans le grand public et les entreprises.

3.     
Widgets pour mobile
Les widgets sont des petites applications Web faisant appel aux technologies telles Javascript ou html. De nombreux terminaux mobiles supportent les widgets sur leur écran. Malgré le manque de standards, les widgets offrent un moyen simple de diffuser des applications, tout particulièrement celles qui impliquent des actualisations régulières (telles que prévisions météo, mails, informations marketing, blogs et autres publications d’informations.
Parce les widgets exploitent des technologies qui sont désormais comprises et maîtrisées, ils abaissent la barrière d’entrée que posent les applications natives souvent trop complexes et constituent une première brique permettant la diffusion d’une application avant de la développer en mode natif.

4.     
Des outils de développement indépendants des plates-formes
Les plates-formes mobiles deviendront plus hétérogènes d’ici à 2012 et leur consolidation n’est pas encore à l’ordre du jour. Sur certains marchés, il n’est pas rare d’en dénombrer 5 ou 6 ayant une présence significative. Ainsi, des outils de développement permettant de s’affranchir d’une telle hétérogénéité seront évidemment très attractifs. Les outils de développement indépendants des plates-formes ne peuvent néanmoins pas répondre au paradigme « write once, run anywhere » ; toutefois, ils peuvent réduire significativement le coût de diffusion et de support des applications sur les différentes plates-formes.

5.      Les boutiques d’applications
Les boutiques d’applications seront le principal (dans certains cas le seul) canal de distribution des applications pour smartphones et autres terminaux mobiles. Ces boutiques offriront également des fonctions de support pour les entreprises telles que le traitement des paiements. Elles joueront un rôle important pour les applications B2C et B2E. Elles constituent un canal distribution et de commercialisation des applications et de contenus pour mobiles (principalement pour les marchés internationaux) et fourniront de nouveaux modes de sourcing des applications.

6.      Géolocalisation
A la fin de 2011, plus de 75 % des terminaux mobiles incluront une fonction de géolocalisation. GPS sera le principal moyen, voire le seul, d’établir la localisation du terminal. Des systèmes Wi-Fi et d’identification cellulaire continueront à exister lorsque la localisation via la GPS sera indisponible. Ces fonctionnalités GPS vont permettre de développer de nouvelles applications à forte composante de localisation. Toutefois, les entreprises devront rester vigilantes sur les questions liées à la réglementation afin de s’assurer que les applications offrent une possibilité de type opt-in et reste en mode alerte pour de nouveaux risques qui pourraient se faire jour en raison de la localisation.

7.      Haut débit
Entre 2010 et 2011, la disponibilité de réseau mobile à haut débit continuera à s’étendre. Des améliorations continues dans les débits des réseaux mobiles élargiront l’offre des applications disponibles qui ne seront plus limitées aux réseaux fixes et transformeront les réseaux mobiles en réseaux de sauvegarde. Les réseaux mobiles deviendront des fonctionnalités intégrées dans de nombreux ordinateurs portables utilisés par les entreprises et ouvriront de nouveaux marchés pour des terminaux de type e-books ou lecteurs de contenus.

8.      Ecrans tactiles
Les écrans tactiles vont émerger comme l’interface dominante des écrans de terminaux dotés de larges écrans et concerneront 60 % des mobiles commercialisés en Europe et en Amérique du Nord en 2011. Ces écrans permettront de développer l’utilisation de technologies nouvelles comme les technologiques haptiques autorisant une amélioration de l’expérience utilisateur.

9.      M2M
De nombreux fournisseurs ont renforcé leur engagement dans les applications Machine-to-Machine (M2M) et les applications mettant ces technologies en œuvre vont commencer à être disponibles à une grande échelle en 2010 et surtout 2011. Quoique le marché M2M soit encore largement fragmenté, il connaît une croissance de 30 % par an. Des modules M2M économiques vont autoriser le développement de nouveaux terminaux et business models. Les applications phares incluront le smart grid, le relevé de compteurs, la sécurité et la surveillance, les systèmes embarqués notamment dans les véhicules, les terminaux point de vente, la supervision à distance…

10. La sécurité
Cela n’est pas vraiment une seule technologie, mais plutôt une collection de technologies, d’applications sécurisant l’utilisation des applications, mais de manière indépendante des terminaux et des plates-formes et ne nécessitant pas l’installation de logiciels sur les dits-terminaux. Elles incluent les architecture de type thin-client, las applications as a service (AaaS), les outils de contrôle d’accès de réseaux, les services de sécurité sur le cloud, la virtualisation… Des tels outils n’offrent pas le même niveau de sécurité de ceux qui sont installés sur les terminaux, mais leur combinaison permet d’y pallier assez largement.
Source : www.itrmobiles.com

vendredi 26 mars 2010

Téléphonie mobile : les utilisateurs préfèrent un service client de qualité aux promos

Visiblement, l'amélioration de la qualité du service client est, pour les opérateurs, un levier de fidélisation beaucoup plus efficace que les offres promotionnelles et autres réductions tarifaires.
D'après un sondage réalisé pour eGain, 53,7% des personnes interrogées affirment que la rapidité, le niveau de personnalisation et d’homogénéité du service (38,1 %) et la diversité des canaux de contact (41,2 %) constituent les facteurs clés de différenciation d’un service-client. Les « offres promotionnelles » ne sont, en effet, citées que par 24 % des personnes interrogées parmi leurs trois principales attentes vis-à-vis d’un service-client .

47,3% des français privilégient un accès au service-client via « n’importe quel mode de communication imaginable » (libre-service sur Internet, par téléphone, chat, e-mail ou SMS). La plupart des sondés explique également qu'il est moins important de parler à une personne physique que d’obtenir une réponse rapide, précise, personnalisée et cohérente. La pertinence des réponses obtenues ressort comme étant le facteur le plus important, 41,6 % des personnes interrogées le citant parmi leurs deux principaux critères de préférence. Mais la disponibilité du service 24h/24 (34,57 %), la rapidité de réponse aux questions (33,1 %), le niveau d’homogénéité et de personnalisation du service (30,88 %) ressortent également de manière significative.

 
L’étude indique par ailleurs qu’en matière de service-client en ligne, les exigences des consommateurs varient selon le contexte. Ainsi, pour la mise à jour de leur abonnement ou la souscription à de nouveaux produits/services, les abonnés préfèrent se « débrouiller » seuls, 34,4 % des personnes interrogées citant le libre-service en ligne comme leur moyen de communication préféré dans ce cas de figure. En revanche, ils sont davantage en attente d’échanges et d’interaction lorsqu’il s’agit de résoudre un problème : 27,7 % et 18,8 % des personnes interrogées citent l’e-mail et le « chat » comme mode de communication préféré.

Dans l'ensemble, la majorité des sondés se montre peu réceptives à l’idée de communiquer avec le service-client de leur opérateur par l’intermédiaire des réseaux sociaux ou sur leurs terminaux mobiles. Ils ne sont, en effet, que 5,3% à juger important le fait d’étendre le service-client à des outils de médias sociaux comme Facebook et Twitter et de prendre en charge les interfaces de terminaux mobiles (9,6 %). Les consommateurs français se montrent toutefois les plus réceptifs à ces nouveaux modes d’échange : plus de 15 % des Français placent l’accessibilité du service-client sur leurs terminaux mobiles parmi leurs trois priorités clés, contre seulement  6 % des Britanniques. Par ailleurs, les Français sont deux fois plus nombreux à citer les médias sociaux, contre 4 % des Allemands et des Britanniques.
 

« 
Aujourd’hui, les opérateurs ne peuvent plus vraiment se différencier sur les terminaux proposés ou leurs offres tarifaires » explique Andrew Mennie, directeur général d’eGain pour la zone EMEA. « De toute évidence, ils doivent impérativement se doter de services clients multi-canal, précis et rapides pour fidéliser leurs clients et accroître leurs niveaux de marge moyenne par abonné. En matière de service-client, les consommateurs sont de plus en plus nombreux à vouloir obtenir leurs réponses en ligne – une réalité dont les opérateurs de télécommunications doivent prendre toute la mesure. Et parce que leurs abonnés communiquent de plus en plus souvent par voie électronique, leur offrir un excellent niveau de service en ligne et intégrer ce service en toute transparence au téléphone s’impose désormais comme un facteur clé de succès ».  

Source www.itrmobiles.com

vendredi 12 mars 2010

Nexence présent au salon Franchise Expo Paris

Afin de sensibiliser les réseaux de Franchise sur l'importance de l'utilisation du Marketing mobile, Nexence se déplace au salon Franchise Expo Paris qui se tiendra 14 au 17 mars 2010 à Paris Porte de Versailles . Cet événement est un formidable lieu de rencontres et d'échanges pour tous les acteurs du marché permettant de s'informer des nouvelles tendances et de renforcer des contacts internationaux.
Sur ce salon, nous vous présenteront les dernières innovations en matière de marketing mobile (animation point de vente, codes barres 2D, campagnes de street marketing, ...). Notre objectif premier est d'informer les exposants et les visiteurs intéressés, de l'évolution du marché mobile et de ses solutions.
Nous serons ravis de vous rencontrer pendant cette manifestation, il vous est possible de prendre rendez-vous dès à présent avec notre équipe de terrain au : 01 75 43 90 10 ,contact@nexence.com.

mercredi 10 mars 2010

Les bons de réduction sont le fer de lance du marketing mobile

Les coupons sont plébiscités par les marketeurs, qui y voient le moyen d'établir une relation directe avec le consommateur. Ils misent aussi sur le portable pour faciliter le test de produits.
 Caddy
Le développement du marketing direct couplé à la rapide prolifération des smartphones va encourager l'essor des coupons sur mobile. C’est ce que constate une étude menée par le cabinet Juniper Research. Ce dernier prévoit que les dépenses en marketing mobile des annonceurs excéderont les douze milliards de dollars d'ici à 2014. "Et le secteur sera dans un premier temps dominé par le coupon mobile", indique l'étude. Selon celle-ci, lesbons de réduction sur portable permettent non seulement de promouvoir les produits et de proposer des offres aux consommateurs, mais aussi d'établir avec eux une vraie relation.
Mesurer l'impact d'une opération publicitaire en peu de temps
Le marketing de personne à personne qui intègre le cellulaire comprend d'autres options : comme les publicités mobiles ou les affiches intelligentes (Smart Poster), par exemple. Ces techniques ont pour but d'amener le client potentiel à interagir avec la marque en découvrant et, le cas échéant, en testant le produit. Autre avantage du marketing mobile : la capacité pour les annonceurs de corriger le tir en très peu de temps. "Le mobile permet une vraie réactivité pour les marques, qui peuvent changer rapidement leur campagne" précise le rapport. Avant d'ajouter : "Le téléphone permet véritablement de mesurer l'impact d'une opération publicitaire en très peu de temps".
Le mobile au cœur du cycle marketing
Ces fonctions expliquent, selon le cabinet, l'importance prise ces dernières années par le combiné portable dans les stratégies mises en place par les marketeurs. "Les annonceurs savent très bien que les gens n'oublient jamais d'emporter leur téléphone avec eux, lorsqu'ils sortent de leur domicile" explique Howard Wilcox, auteur de l’étude et analyste chez Juniper Research. Selon lui, le marketing mobile permet à une marque de s'imposer face à ses concurrentes, et de fidéliser ses clients. 
Article de l'atelier
Partager http://www.wikio.fr Paperblog