lundi 27 décembre 2010

Définition et enjeux du NFC dans le marketing mobile

L’ambition de la technologie mobile NFC en marketing mobile est de permettre aux smartphones ou autres mobiles classiques de communiquer sans fil simplement avec d’autres devices/appareils.

Plus besoin de configurer son smartphone, tablette tactile en bluetooth, wifi, 3G/4G, la technologie mobile NFC (acronyme de Near Field Communication ) doit permettre de simplifier la communication entre appareils électroniques pour faciliter les usages.

Et  les usages en "internet mobile" sont nombreux :
  • Paiement en utilisant un appareil mobile (téléphone portable, ordinateur portable, etc.);
  • Emulation / remplacement de cartes (Navigo pour le métro, Bancaire devant un distributeur);
  • Faire des achats en magasin ;
  • Synchronisation des informations (contacts, agendas);
  • Récupération de la clef WiFi d’un point d’accès
  • Push commercial en Street marketing…
C’est la raison pour laquelle les acteurs innovent et sont intéressés par les services mobiles sans contact.
  • L’opérateur Orange va proposer à partir de septembre 2011 de nouvelles cartes SIM et mobiles,
  • Le PDG de Google Eric Schmidt pousse la dernière version Android 2.3 intégrant la technologie NFC pour faciliter et profiter de la manne avec l’explosion du paiement mobile..
Rappelons que d’après le cabinet d’études Jupiter Research, le marché du paiement mobile devrait représenter près de 27 milliards de dollars en Europe avant 2014. De belles commissions en perspective pour les opérateurs…
En un pas de plus pour bien saisir les opportunités du NFC !

Article publié par iPhone Killer

samedi 18 décembre 2010

3 questions à se poser avant de lancer son application mobile

Philippe Dumont, Managing Director chez MyFanGroup pose les 3 questions essentiels avant de lancer son application mobile, pourquoi ? pour qui ? comment ?

Avoir sa propre application mobile est de plus en plus perçu aujourd’hui comme une nécessité par de plus en plus d’entreprises. En effet selon une enquête UDA/OpinionWay d’avril 2010, 37 % des annonceurs ont déjà une application mobile et 67 % envisagent d’en avoir une (ou une autre) dans un avenir proche. Pourtant avant de se lancer (ou bien après votre premier essai) il n’est pas inutile de se poser au moins 3 questions clé pour que votre prochaine application mobile soit une vraie réussite :

La première, c’est bien entendu : “Une application mobile, pourquoi faire ?". Avant de vous précipiter, choisissez clairement l’objectif de cette application. Idéalement, elle complète (et non duplique) ce que vous avez d’ores et déjà en ligne. C’est le principe d’une stratégie multi-canal réussie. Une application installée sur un smartphone, c’est aussi un peu comme une carte de fidélité dans un portefeuille. Mais pour décider de vous garder dans leur poche, vos utilisateurs attendent de votre application une valeur ajoutée. Donc au-delà d’être un simple transport de votre message marketing, vous vous devez de proposer une expérience mobile dans laquelle l’utilisateur retrouve un intérêt unique. Et évaluez comment utiliser les attributs spécifiques au portable peuvent contribuer à enrichir et à rendre encore plus pertinente votre expérience utilisateur (ex. la géolocalisation)

La seconde question à laquelle répondre est : “Pour qui ?”. Une application mobile par définition ne se sera accessible qu’aux utilisateurs équipés de smartphones et plus particulièrement de ceux sur lesquels les “appstores” sont arrivés à maturité. Il s’agit donc de s’assurer que ce sous-ensemble (qui représente néanmoins plus de 7 millions de consommateurs, uniquement sur les plateformes les plus répandues en France) coïncide largement avec la cible visée. Votre application mobile peut soit venir en complément d’un programme de relation client existant (pour qualifier, acquérir ou fidéliser des clients) soit développer dans une approche CRM 1/1 un contact client établi par exemple via votre groupe de fans Facebook.

La troisième c’est “Comment ?”. Comment lancer, faire connaître, et faire vivre votre application ? Rendre votre application disponible au téléchargement par les mobinautes n’est pas l’aboutissement de votre projet. Ce n’est que le commencement ! Reste à la faire connaître après de votre cible. Pour cela, gérez le lancement de votre application mobile comme vos meilleurs lancements produits. Relayez sa disponibilité via tous vos moyens de communication (site web, emailing, newsletter, sites facebook et autres réseaux, points de ventes si vous en avez etc…) mais aussi via tous les relais possibles (presse, blogs spécialisés etc…). Restent les utilisateurs eux-mêmes à ne pas oublier. Non seulement ils notent votre application et peuvent vous permettre, si cela est bien géré, de faire grimper votre application dans les classements, mais le “bouche à oreille” électronique (viralité) de votre application peut être lui-même un vecteur très important de diffusion. Enfin, n’oubliez pas que pour une application, le défi principal ne consiste pas à avoir un nombre de téléchargements record mais surtout à faire utiliser régulièrement votre application par vos clients! Il est donc capital de prévoir tout le nécessaire pour mettre à jour très régulièrement votre application et son contenu (entre toutes les semaines et tous les 3 mois maximum).

Dernier point, pensez à donner la parole d’une manière ou d’une autre à vos clients. Ils vous donneront des idées pour améliorer votre application mais aussi les offres ou le contenu que vous leur proposez. Des expériences, des avis ou des idées à partager ? A vous la parole !
Article de Philippe Dumont

jeudi 18 novembre 2010

Lancement de l'API Lynkeet pour les codes 1D & 2D QRcode

Comment intégrer un lecteur QRcode et code 1D (EAN13) facilement dans vos applications iPhone et Android ?

Nexence commercialise l'API Lynkeet, conçue pour les développeurs d’applications iPhone et/ou Android souhaitant intégrer un module de décodage de code-barres de qualité avec un délai d'intégration record.

Pourquoi
Grâce au module « Lynkeet », via la camera intégrée de votre mobile, votre application pourra décoder en temps réels des codes-barres sur les produits de consommation (DVD, livres, produits alimentaires etc.) ou les codes 2D (QRcode et Datamatrix) afin de visualiser le contenu d'une campagne mobile,  soit dans votre application, soit directement sur le navigateur mobile.

Intégration facile
L’intégration se fait en quelque minutes, évitant ainsi la charge d’un SDK traditionnel pour la gestion du temps réel, de la camera, des mises à jours de l’OS mobile… Une grande facilité à satisfaire vos besoins d’intégration et/ou ceux de vos clients.

Eprouvé
Lynkeet est basé sur le lecteur d’identification Lynkee, un des plus performants et des plus puissants lecteurs d’identification sur téléphone portable.

Licensing économique et mesurable
Arrêtez de payer inutilement à l’application téléchargée, cela risque de vous coûter cher sans résultats tangibles, surtout si l’application finale est gratuite. Gagnez en visibilité et faites télécharger sans craintes budgétaires votre application : c’est le but, n’est-ce pas ?






Pour plus de renseignements sur l'intégration de ce module dans vos applications, contactez Nexence au 01 75 43 90 10, par email à lynkeet@nexence.com.

lundi 15 novembre 2010

Transformation du Flashcode : Le cas Décathlon

Décathlon imprime sur ses supports de communications des Flashcodes !! QRcodes !! bref on ne sait plus trop, enfin c'est un code 2D.
Nous remarquerons dans le visuel ci-dessous, la nouvelle charte Flashcode qui intègre maintenant le QRcode comme standard, plus de code propriétaire  avec une numérotation unique, mais un code avec une vraie adresse internet en HTTP.

Décryptons les codes 2D ainsi que les explications en première page du catalogue Décathlon :
Le code ci-dessus est vraiment très dense par rapport aux autres codes 2D,  normal, il retourne une MEGA URL de 128 caractères :
http://www.skimium.fr/?utm_source=OpeCoNeige&utm_medium=flashcode&utm_content=skimium&utm_campaign=OpeCoNeige1011%20, donc plus de serveur de redirection lié aux opérateurs, plus de plates-formes de gestion des codes afin de modifier simplement l'adresse de redirection, plus de statistiques de campagne, chaques clients ou marques se débrouillent dans un univers qu'ils ne maitrisent pas toujours...

Parlons maintenant de l'expérience utilisateur, le mobinaute voulant consulter le contenu du code scanne le code 2D, avec son  lecteur préféré, puis ... l'expérience s'arrête net, le mobile affiche une page Web, inadapté pour une navigation mobile.

Nous ne comprenons pas comment ce genre de malveillance peut encore exister, Nexence interdit simplement l'encodage d'une adresse web dans les codes 2D, ce contrôle est effectué directement  et automatiquement dans la plate-forme TAGMANAGER, notre outil de gestion de campagne, afin d'avoir une disponibilité totale et conforme au W3C mobile.


En première page du catalogue nous trouvons le mode d'emploi des codes 2D, si vous avez un iPhone téléchargez l'application Mobile tag, en 2 mots pourquoi pas, pour les autres débrouillez-vous en vous connectant sur une URL Web de l'AFMM.

Que pensez-vous de cette expérience ?

"Je ne voudrai pas voir ce genre de communication se généraliser, Nexence se positionne comme une agence spécialiste des codes 2D, avec son savoir-faire prouvé, via plusieurs campagnes de grandes visibilités et propose des services ciblés pour la communication mobile, dont Décathlon pourrait bénéficier en partant de la base, un site vraiment mobile." Vincent Herman.

Toutes les expériences orchestrées par l'agence Nexence prouvent que l'hyperpersonnalisation mobile joue un rôle majeur dans une campagne de marketing mobile via QRcode.

dimanche 7 novembre 2010

Conforexpo ouvre son site mobile

A l’occasion de Conforexpo, Congrès et Expositions de Bordeaux ouvre un nouveau site mobile accompagné de nombreux QRcodes imprimés sur l'ensemble des supports de communication. Dispositif créé et déployé par Nexence.


vendredi 5 novembre 2010

Un QRcode personnalisé sur le flyer Golden Hook

Impression encore chaude, le code 2D personnalisé de Golden Hook est maintenant présent sur les flyers au format carte postale.

QRcode personnalisé by Nexence

mardi 2 novembre 2010

La cité des sciences et le Flashcode

La Cité des Sciences a voulu rendre interactif son affiche, un Flashcode, une explication sur le lecteur, un environnement idéal de Wait Marketing (le métro)... 

Malheureusement une fois le code scanné, la page de destination n'est pas au rendez-vous, une page non adaptée pour le mobile avec un message d'erreur indiquant que le lecteur flash n'est pas à jour...

Une expérience qui se limite aux utilisateurs de certains mobiles compatibles avec Flash Lite  soit à peine 3 %.



Changez de mobile pour visualiser le contenu.
Un contre-exemple de ce qu'il ne faut pas reproduire pour vos futures campagnes. Si vous cherchez un accompagnement sur l'intégration de codes 2D dans votre stratégie marketing mobile, contactez-nous

lundi 25 octobre 2010

La personnalisation des QRcodes en croissance chez Nexence

Nouvelle personnalisation d'un QRcode pour la promotion du site mobile Conforexpo, Parc des Expositions de Bordeaux Lac.

Vous cherchez un lecteur ? rendez-vous depuis votre mobile sur http://tag2d.fr
La personnalisation du code 2D permet de se différencier et de sortir du code 2D traditionnel, l'intégration de votre marque ou de votre charte graphique  vous permet, en un clin d'œil, de mettre en avant et d'identifier plus facilement votre marque. Chaque QRcode personnalisé fait l'objet d'une validation sur tous les lecteurs du marché.

Nexence vous accompagne, vous conseille et réalise la customisation de vos codes 2D.



samedi 9 octobre 2010

Pourquoi proposer du contenu pour mobile ?

Voici un article très intéressant sur un sujet qui n'a pas l'air de passionner beaucoup d'agences, à en croire le nombre de campagnes mobiles avec un contenu inadapté aux différents mobiles...

Bien que l’internet Mobile ne soit pas tout à fait nouveau (les premiers smartphone WAP comme le Nokia Communicator 900 ou l’Apple Newton datent déjà de 1996), cette nouvelle manière d’accéder aux contenus en ligne n’a réellement commencé à prendre son essor qu’à partir de 2007 avec l’apparition du premier Iphone et des premières versions d’Android. Et c’est depuis 2009 seulement que l’on peut raisonnablement parler de tendance lourde en Europe… 


marketing mobile : Pourquoi proposer du contenu pour mobile ?

Pour les « earlyadopter » qui se sont déjà essayé au mobile marketing via Wap, au Bluetooth, aux sites mobiles et aux applications, et qui aujourd’hui se tournent déjà vers d’autres supports, la question d’être ou ne pas être présent dans l’internet Mobile ne se pose plus. Mais force est de constater qu’une majorité d’acteurs se demandent encore s’il est intéressant pour eux d’investir dans ce nouveau média.
Voici donc un rapide petit tour d’horizon des raisons que l’on peut invoquer pour le lancer dans le web mobile.

1. Parce que tout le monde en parle

De peur de « manquer le train » et de passer pour des ringards, beaucoup d’entreprises sont prêtes à faire quasiment n’importe quoi pour annoncer le plus rapidement possible que eux aussi disposent d’un site ou d’une application Mobile.
Il est vrai que la plupart des médias – digitaux ou offline, professionnels ou non – montrent encore un certain enthousiasme pour les annonces de nouveaux contenus mobile et, pour peu que l’on soit une entreprise avec un peu de renommée, on peut raisonnablement s’attendre à de bonnes retombées médiatiques lors du lancement d’un service mobile.
L’effet a cependant une durée de vie chaque jour plus courte et faute de proposer une réelle valeur ajoutée, les nouveaux venus courent de plus en plus le risque de passer inaperçus voire d’apparaitre comme des « suiveurs » qui se contentent de copier les innovations de la concurrence.

2. « Because it’s there »

Dans les années 1920, un journaliste avait demandé à l’alpiniste George Mallory pourquoi il se lançait à l’assaut de l’Everest, et Mallory de répondre tout simplement : « Because it’s there ».
Le même principe peut être d’application pour le sujet qui nous occupe. Une entreprise avec une stratégie 360° peut parfaitement légitimer son investissement dans le média mobile au titre qu’elle occupe déjà le terrain de la télévision, de la radio, de l’événementiel, etc. On se trouve ici dans une stratégie à plus long terme qui repose sur le principe de l’omniprésence sur tous les médias et canaux de communication.
Mais cette stratégie de la présence par défaut reste marginale car a priori réservée aux marques les plus fortes au potentiel d’exploitation quasiment infini (Red Bull, Apple ou Coca-Cola par exemple pratiquent aisément cette politique de présence massive multi-canal).

3. Parce que les utilisateurs sont mobiles

Même s il est parfaitement concevable de surfer avec son smartphone depuis le divan de son salon, le propre de l’internet mobile sur smartphone est a priori d’être « consommé » dans des lieux ou à des moments où l’utilisateur n’a pas accès immédiatement à un laptop ou un desktop.
Les études démontrent en effet que dans la plupart des cas, le surf sur mobile se fait en supplément du temps de surf « fixe » et non en remplacement de celui-ci. Un contenu mobile doit donc répondre à deux attentes : soit « j’ai du temps et je n’ai rien d’autre à faire », soit « j’ai besoin de l’information tout de suite».
Dans le premier cas de figure, on se dirige vers des contenus de type «info-tertainment» qui reposent sur un aspect ludique couplé à un aspect marketing et/ou informatif (cf. Facebook pour Mobile).
Dans le second cas, on proposera plus des contenus au cycle de vie très court (rapidement obsolètes) ou des interactions qui ne peuvent attendre. Par exemple, la réservation immédiate d’un taxi ou d’un billet d’avion, ou encore la diffusion d’information sur les cours de la bourse, les résultats sportifs, la météo, etc.

4. Parce que l’interface est mobile

Dans cet argumentaire, on se concentre plus sur l’usage que sur l’utilisateur. L’objet « gsm » devient le medium qui permet de finaliser une opération qui a éventuellement été initiée par un autre canal. Cas typique : le Mobile Ticketing (ou Mobile Check-in). Une transaction initiée par un canal quelconque (digital ou non) trouve son aboutissement sous une forme électronique archivée au sein du GSM.
Autre application, le GSM n’est que l’identifiant, c’est-à-dire la clef qui permet d’accéder à des informations ou à des services opérés par un système tiers. Exemple : les micros paiement par GSM (SMS ou par puce RFID).

5. Pour bénéficier des fonctions spécifiques d’un mobile

On trouve ici la véritable valeur ajoutée du web mobile : la capacité d’enrichir une interaction par des informations fournies directement par l’interface mobile. Les deux principales sources d’informations complémentaires étant le GPS qui permet la géo-localisation et la caméra qui permet de reconnaître des lieux, de lire des codes-barres ou de pratiquer la réalité augmentée.
Au binôme utilisateur- fournisseur de contenu, on ajoute une troisième dimension : l’interface Mobile qui permet de connecter le virtuel (les données) au réel (la position et l’environnement physique de l’utilisateur).

En guise de conclusion

Le Web mobile, c’est bien plus que simplement redimensionner un site « classique » pour permettre son affichage sur un écran plus petit.
Créer une application ou un site mobile devrait être l’occasion de développer un nouveau modèle économique qui repose soit sur le fait de toucher un public spécifique, soit d’élargir un usage déjà existant. C’est surtout l’occasion de proposer une nouvelle expérience utilisateur qui ne se limite pas à un simple effet de mode mais qui se construit véritablement sur une nouvelle manière d’interagir avec l’utilisateur et son environnement.

Merci à Geoffrey Laloux de chez Synaptic pour cet article.

Après la lecture de cette article si vous vous posez encore des questions, contactez-moi : vincent.herman@nexence.com
Partager http://www.wikio.fr Paperblog